Tous les articles par salgues

Marie-Jo Eychenne

Marie-JO Echeynne,

accompagnée de Louis Koenig (piano)

Interprète avec élégance et sensibilité

Barbara

En coopération avec les mille-Poètes en Méditerranée  

Le Dimanche 20 janvier 2019 , 16 h à La place des Arts, Place Victor Hugo, 11100 Narbonne

 Marie-Jo Eychenne, plus qu’une simple voix, qu’une simple interprétation de Barbara. Sensible, à fleur d’âme,…avec élégance, accompagnée de Louis Koning (son talentueux pianiste), des chansons de la grande Dame en noire, Marie-Jo Echeynne nous restitue toute l’émotion et la profondeur de cœur…

Priscille Deborah

Biographie

 « Née en 1974, Priscille Deborah a, depuis l’enfance, consacré son temps libre à l’apprentissage et à la pratique de la peinture. Après des études de commerce, elle tente de concilier commerce et art en mettant ses compétences au service de la production cinématographique.

Les exigences du travail n’atténuent pas un sentiment de frustration réel. Son désir de peindre s’exacerbe, mais ne peut s’assouvir.

 

En 2007, après un accident grave, elle est capable enfin de prendre en charge son désir profond : peindre.

Depuis lors, elle a entrepris de consacrer sa vie à son art.

Sa technique est centrée sur le geste, l’énergie, l’expression ; le résultat compte moins que le moment rituel et magique de l’acte qui ouvre sur la profondeur de la démarche.

 

Depuis treize ans, elle déploie avec une énergie inlassable, un travail magistral qui la conduit à exposer en France et à l’étranger.

Son énergie vitale et son désir de communiquer aux autres sa passion pour l’art et son goût de la vie, l’ont amenée à développer une pratique de performance.

Pendant des concerts ou des spectacles, elle peint en direct, ouvrant ainsi de nouvelles perspectives aux relations qu’un artiste entretient avec son public.

 

Inspirée par les grands maîtres contemporains de la peinture figurative, comme Bacon ou Rebeyrolles, Barcelo ou Leroy, elle trouve bien sûr dans les expressionnistes allemands, Nolde, Kirchner ou chez Munch une source intarissable d’inspiration mais elle aime aussi Joan Mitchell, Lydie Arickx, Solly Cissé, Michèle Destarac…. »

 

Jean-Louis Poitevin

 

 

C’est précisément en s’interrogeant sur le sens de son existence que Priscille Deborah a fini, après un long combat contre la dépression, par s ‘imposer en tant qu’artiste peintre qui était sa place depuis toujours.

Mais cet accomplissement ne s’est pas fait sans douleur.

Victime d’un handicap lourd qu’elle a complètement intégré, Priscille Deborah est une figure emblématique de la résilience. Elle se sent portée par la mission de réunir les individus, quelque soient leurs cicatrices, aussi bien dans ses toiles que dans ses rencontres avec les autres.

 

Elle a souhaité raconter son histoire dans un témoignage intitulé « La Peine d’être vécue » qui a été édité par les Arènes en 2015.

D’autre part, sur le plan du handicap, avec une extraordinaire force, Priscille tente de faire bouger les lignes, forgeant ainsi un nouveau sens à la diversité. Après avoir été opérée en novembre dernier, Priscille est en passe de devenir la première femme française à bénéficier d’une prothèse de bras bionique. Cette innovation technologique et médicale devrait permettre à Priscille de bénéficier d’une plus grande liberté et elle l’espère, pouvoir, entre autre, repeindre de sa main droite, même si des financements pour sa future prothèse restent encore à trouver.

 

 

 

 

 

 

Son site web ; www.priscilledeborah.com

Cendrillon

C’est pas comme dans la vie, c’est un conte que Pommerat a réécrit avec de nouveaux enjeux. Il l’a si bien trahi que ce conte enchante autant que l’original et y ajoute d’autres troubles, d’autres morales, une profondeur. Cendrillon devient une pièce sur la mort, la vie et le temps. La représentation du passé bloque l’avenir. Cendrillon et le prince dont les mères respectives ont disparu et que hante leur absence émeuvent. Ils nous renvoient à nos questions les plus intimes, celles qu’on se pose enfant comme adulte : que faire quand meurt un proche, une mère. Comment vivre le deuil, le faire et s’en défaire. C’est aussi noir que lumineux.

La comédie du Causse

Elle a été créée en 2005. Elle est constituée de neuf comédiens, d’une metteur en scène et d’un technicien.

Au cours de ces dernières années, nous avons monté plusieurs pièces : Trois nuits avec Madox de Matéi Visniec, Direction critorium et L’Art de la chute de Guy Foissy, La Balade des planches de Jean-Paul Alègre, Trois mariages à la Tchekhov (L’Ours, Les Méfaits du tabac, La Demande en mariage) d’Anton Tchekhov et Cendrillon de Joël Pommerat.

C’est donc cette dernière création, Cendrillon, que nous vous proposons de jouer lors de Rencontre Culturelle de Capestang. Nous avons présenté cette pièce lors du festival de théâtre amateur que nous avons organisé dans la salle de spectacle de Bédarieux (La Tuilerie) les 6 et 7 avril 2019.

Durée estimée : 1 h 30.

Marcel CAMILL

Né en Afrique centrale, notamment à Brazzaville au Congo en 1984. Après un Baccalauréat  en Sciences Naturelles, je suis arrivé en France en 2004 pour débuter (sans pouvoir le  terminer) un cursus en Microbiologie jusqu’en 3ème année de Licence à l’Université  Montpellier 2, avant d’effectuer en parallèle un DU en Santé Solidarité Précarité à l’Université Montpellier 1. Mon quotidien se partage entre petits boulots d’Aide à domicile, garde de nuit, ainsi que soutien scolaire pour jeunes enfants.

 

Auteur de 3 recueils poétiques :
2014 – DE L’ENCRE SOUS LES GRAVATS publié chez Edilivre
2016 – CONTES ET FLEURETTES OU LES SORNETTES D’UNE TRIQUE EN LIESSE, Estelas éditions.
2019 – ECRITS NOIRS ENCRE ROUGE publié aux éditions TAPUSCRITS

 

Parcours :

En 2016, 3ème prix au CONCOURS NATIONAL DE NOUVELLES DE FABRÈGUES (organisé par l’association littéraire À MOTS OUVERTS)

Enfin 2017, 3ème lauréat en Poésie Libre du Prix Charles Trenet à Narbonne (sous l’égide des MILLE POÈTES EN MÉDITERRANÉE).

2018 PRIX AIMÉ CÉSAIRE (pour le recueil ÉCRITS NOIRS ENCRE ROUGE) décerné par la Société des Poètes Français à Paris.

Concours de poésie, textes courts et de manuscrits, et aussi de mini-films aux Rencontres Culturelles de Capestang le 29 juin 2019

 

 

Créées en 2015, les Rencontres Culturelles de Capestang avaient réuni à cette occasion plus de 100 auteurs et artistes : dédicaces d’ouvrages, conférences, exposition de peinture, de photographie et de sculpture, ainsi qu’atelier d’écriture et atelier d’initiation à l’aquarelle. Ce succès s’est maintenu en 2016, 2017 et 2018. L’année dernière, ce fût également l’occasion d’un lancement d’ouvrage et un hommage rendu à un poète en langue occitane né à Capestang.

En 2019, nous changeons de date : les Rencontres Culturelles auront lieu en juin, le samedi 29 juin 2019 plus précisément. Nous changeons également de lieu : nous quitterons le château et sa cour pour nous retrouver dans l’univers de la Médiathèque de Capestang (intérieur-extérieur). Cette situation nous permettra de bénéficier de l’ensemble des infrastructures de ce magnifique outil culturel. En revanche, les places possibles sont limitées. En parallèle, le Festival de théâtre amateur se tiendra dans les salles situées juste en face, Salle du peuple et Salle des Douches pendant trois jours (du 28 au 30 juin). Cette année, les documents de communication sont réalisés à partir d’une œuvre du peintre Michel Dérosier, artiste lauréat des précédentes Rencontres Culturelles de Capestang.

L’association AMAVICA se propose de vous accueillir en ces lieux le samedi 29 juin 2019 pour présenter vos ouvrages et les dédicacer. Il en est de même pour nos amis artistes plasticiens ou sculpteurs invités à exposer leurs œuvres, ainsi que les acteurs de performances artistiques et conteurs venant présenter leurs textes. Des écrivains et artistes de renom avec qui nous entamons des contacts devraient nous rejoindre. Des débats, rencontres, ateliers, conférences, jeux littéraires et spectacles pour tous les âges assureront, plus encore que l’année précédente, l’environnement culturel de ce festival. Nous attendons vos propositions.

Différents concours sont organisés (Poésie, Textes courts, manuscrit). Leurs règlements sont en ligne sur le site. AMAVICA organise un concours de Poésie et de Textes courts sur le thème : « La vie, la mort ». Par ailleurs, un concours spécial destiné aux élèves (primaire, collège, lycée) a pour thème « Il était une fois… ». Nous vous proposons aussi de nous soumettre vos productions numériques de format court (inférieur à 4 mn33), par exemple un film enregistré à partir d’un téléphone mobile. Nous ouvrons également comme les années précédentes un concours d’ouvrages publiés après le 1 janvier 2017, et un concours de manuscrits inédits (les primés pourront être publiés).

Pour s’inscrire aux Rencontres Culturelles de Capestang, il suffit d’utiliser la fiche d’inscription préparée à cet effet sur le site. Si vous souhaitez participer à l’un des concours proposés, il convient de consulter auparavant le règlement sur le site http://www.amavica.info ou de contacter l’association.

adresse : AMAVICA, 13 rue du Château, 34310 Capestang

email : president@amavica.info

 

 

Jean ETIENNE

Heureusement il n’a pas vécu ce qu’il écrit. Ou bien la police ne fait pas son travail. En revanche il connaît bien ces blessés de la vie pour en avoir été un, dans une certaine mesure. Son métier lui a fait côtoyer les misères et les difficultés de l’existence, l’immigration, le chômage, la précarité avec cette incapacité à résoudre ces problèmes. Sinon à essayer de donner des armes pour s’échapper et dépasser cette
existence. Est-ce cette expérience qui lui fait voir et exploiter le plus sombre de l’âme humaine ? Ou simplement la fertilité de son imagination ? Nous ne saurions le dire. Savourons, tout simplement !

Tranches de vie, tranches de mort

RÉSUMÉ DU LIVRE : Recueil de nouvelles

Les tableaux d’Edward Hopper sont très « inspirants ». Il s’en dégage une atmosphère singulière d’attente et de vain espoir. Chaque image est un morceau d’histoire, un élément du drame de la vie. Même dans ses paysages l’humain est présent. Exploration de ce qu’une peinture peut raconter. Le début, la fin, l’envers de l’image mais dans ses couleurs les plus sombres, les plus émouvantes. Femmes et hommes fragiles ou fragilisés par la vie. Leurs actions ne sont que la résultante de leur propre drame, une réponse à la douleur. Jusqu’à la chute finale. Tranches de vie, tranches de mort. Imprégnez-vous des tableaux, ils sont une partie du récit.

Informations complémentaires sur le livre :

Détails sur le produit :
Broché 17,90 €
Nombre de pages : 177
Editeur : EDITION SYDNEY LAURENT
Langue : Français
ISBN 9791032610381